• L'équipe des ITTs 2022

Pierre Bertaud : Quand tu es bénévoles à 93 ans

Article de l'Est-Eclair - Pascal Mouzon.



Pierre Bertaud, alerte retraité, licencié au TCT "depuis 52 ans" dit-il fièrement, fait partie de cette petite armée de bénévoles sans qui le Challenger de Troyes n’existerait sans doute pas.


Il est l’un des 67 « polos bleus », siglés du Coq Sportif. « Une marque auboise », souligne-t-il, avec une petite pointe de «Cocori- co ». L’homme y est particulièrement sensible, lui qui a effectué une très longue carrière dans le monde de la bonneterie, pour les usines Devanlay (Gillier, Chaligny à Nancy notam- ment), avant de travailler pour Fra- For. « J’ai même repris une activité in- dépendante après ma retraite, jusqu’à 76 ans», raconte l’infatigable Pierre Bertaud.

Une énergie qu’il met toute cette se- maine au service de son club. « J’ai re- gretté de ne pas avoir été disponible lors des six premières éditions du tour- noi Future, glisse-t-il. Il y avait tou- jours quelque-chose qui ne collait pas au calendrier. Mais il y avait assez de monde... Cette fois, j’ai pu me libérer, c’est une autre organisation. Je me suis dit : il faut faire quelque-chose pour le club. Alors je vais où et quand je peux être utile. » Pierre Bertaud n’est pas un bénévole tout à fait comme les autres. « J’ai 92 ans, 93 même le 30 août prochain, mais il ne faut pas le dire. » L’homme ne fait pas son âge. « J’ai mal au dos, comme beaucoup de monde, sourit-il. Mais je ne prends aucun médicament ! Bien sûr, je ne peux pas porter des charges lourdes ou marcher longtemps, mais j’avais proposé d’être à l’accueil, pourquoi pas au bar... »

« J’ai vu le club se transformer, ce n’est plus le TCT vieillissant que j’ai connu »

Finalement, Pierre a été affecté à l’es- couade de chauffeurs, chargés de conduire les joueurs, les arbitres, les officiels, de leur hôtel au club. « Nous sommes cinq, je suis surtout là en sou- tien quand il y a surcharge au plan- ning, comme c’est déjà arrivé. On m’a confié un Ford Kuga. Vous savez, j’ai mes douze points de permis et je des- cends encore facilement jusqu’à La Pal- myre : 600 km ! » Depuis le début, l’ancien Directeur technique de Devanlay a participé à toutes les réunions préparatoires.

S’est facilement intégré. « Je connais tout le monde. Je suis licencié au TCT depuis 1970, lorsque j’ai quitté l’usine de Chaligny pour revenir à Troyes. » En interne, le bénévole a pu observer l’organisation très carrée de ce pre- mier tournoi ATP. « C’est impression- nant oui. Il faut dire que Philippe Ca- rillon est un sacré président, il sait me- ner les équipes comme personne. Et puis il a beaucoup fait pour le club. Je l’ai vu se transformer depuis quelques années. Ce n’est plus le TCT vieillissant que j’ai connu. »

PARTIES DE DOUBLE DEUX FOIS PAR SEMAINE Entre deux «missions», Pierre Ber- taud n’est jamais bien loin des véhi- cules de l’organisation. Il se tient prêt à toute sollicitation et profite en ter- rasse d’un spectacle de haut vol. « Je suis un joueur très modeste mais j’ap- précie le niveau de jeu, avoue-t-il. Je n’ai jamais participé à un tournoi par exemple. Mais j’aime retrouver quelques amis pour des parties de double deux fois par semaine, pendant une heure, une heure trente. D’ailleurs, je constate que j’ai un peu perdu tech- niquement. J’ai demandé à Abel (Her- nandez, l’enseignant), de me pro- grammer quelques cours. » Quand on dit qu’il est infatigable...


Article de l'Est-Eclair = Pascal Mouzon.


 


80 vues